Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Une réhospitalisation et des intérrogations (source Le soir d'Algérie)

Publié par The Algerian Speaker sur 16 Janvier 2014, 16:51pm

Catégories : #Charika Gadra (hacha enaâma)

boutef et l'handicap-copie-1Une dépêche de l’agence Algérie Presse Service de mardi dernier relayant un communiqué de la présidence annonçait l’hospitalisation au Val-de-Grâce (Paris) du Président Bouteflika depuis la veille. L’information ainsi donnée, et dans un ton qui, volontairement serein et banal, se voulait convaincre. Ça n’a pas été le cas. L’heure d’émission de cette dépêche, comme son contenu, interrogent. Le peuple algérien est-il si naïf qu’on peut lui faire croire ce que l’on veut ? Et que veut-on lui faire croire aujourd’hui ?
Avant de s’en tenir au texte de la présidence, relayé par l’APS, il est utile de s’attarder sur le moment de la diffusion de cette information. 15h35mn le mardi 14 janvier. Autrement dit, une dépêche arrivant 24 heures après l’hospitalisation de Bouteflika au Val-de-Grâce. Qu’est-ce qui a empêché ceux qui ont finalement décidé d’informer, de le faire la veille dans le pire des cas et dans le meilleur (on peut rêver !) beaucoup plus tôt, puisqu’il s’agirait d’un contrôle programmé depuis juin.
Une première réponse s’impose : deux jours durant Alger bruissait d’informations sur la dégradation très sérieuse de l’état de santé du Président, il en fut même qui ont annoncé son décès. Il fallait donc calmer les rumeurs.
L’autre explication qui n’en est pas moins décisive est la révélation par un site électronique, Algérie Express, pour être précis, deux heures et demie plus tôt que l’APS, de cette subite hospitalisation. Si ces deux éléments – rumeurs sur la dégradation de la santé de Bouteflika d’une part et d’autre part l’information inattendue donnée par Algérie Express n’avaient pas eu lieu, la présidence aurait-elle communiqué ? Rien n’est moins sûr. C’est contraint et forcé que l’on a communiqué sur cette hospitalisation.
Quant au contenu du texte de la présidence, il laisse pantois : «Pour parachever son bilan de santé, initié à Alger, et dans le cadre d’une visite médicale routinière de contrôle arrêtée et programmée depuis le mois de juin 2013, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, séjourne à l’hôpital Val-de-Grâce, depuis lundi 13 janvier 2014 et ce, jusqu’au vendredi 17 janvier 2014.
Aucune procédure d’urgence n’a dicté ce déplacement prévu et arrêté depuis son séjour à l’institution nationale française des Invalides à Paris. L’état général du président de la République s’améliore sûrement et de façon progressive».
C’est un communiqué qui réunit en quelques phrases tous les travers d’une communication politique non réfléchie, faite sous la contrainte, sous la pression et considérant le récepteur comme un entonnoir prêt à admettre sans sourciller toutes les sornettes.
Tout citoyen peut légitimement se demander comment cette visite médicale «routinière de contrôle» fixée depuis sa dernière hospitalisation n’a fait l’objet d’aucune information préalable alors qu’elle aurait été programmée depuis juin dernier. Là est la première question. La deuxième lui est directement liée, elle est son corollaire.
Puisqu’il s’agit de contrôle de routine, pourquoi les médecins du Val-de-Grâce qui le suivent ici depuis son retour en Algérie ne font-ils pas ce contrôle alors que des moyens colossaux ont été dépêchés dans le pays pour son suivi ? Par ailleurs, comment se fait-il que l’on ait maintenu ces dates de contrôle, sachant que le Président s’apprêtait, officiellement selon l’APS, à convoquer ce jeudi ou vendredi, le corps électoral ? Nul n’ignore qu’un rendez-vous médical de routine peut, avec la même routine, être avancé ou retardé. Si la première partie du communiqué est truffée de ces contre-vérités, l’on reste cependant dubitatif sur la qualification de l’état de santé du Président déclinée dans la fin du texte: «l’Etat général du président de la République s’améliore sûrement et de façon progressive.» L’on y reconnaît enfin que le Président est loin d’être guéri, il a fait des progrès et devra continuer à en faire, nous suggère-t-on.
Dans une autre dépêche émise le même jour par l’APS et relative à la convocation du corps électoral, il est annoncé que cette convocation se fera par le Président le 16 ou le 17 janvier, ajoutant toutefois «sauf cas de force majeure».
Bien étrange que ce rajout. En fait, ne s’agit-il pas pour les émetteurs de cette information, d’une précaution bien utile, sachant l’état de santé réel du Président qui peut l’empêcher d’être au rendez-vous ?
Tous ces couacs en une journée, dénotent une précipitation et un affolement de ceux qui ont communiqué. Une communication qui ne procède d’aucune démarche cohérente ni d’aucun désir de transparence encore moins d’une conviction qu’à l’heure de l’internet, tout peut être divulgué sans qu’aucun pouvoir ne puisse arrêter la machine. Une communication truffée de dissimulations et par conséquent loin de pouvoir gérer une situation de crise et encore moins de l’anticiper.
Une communication qui fait fi de l’intelligence des citoyens et qui méprise superbement le peuple.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents